Image
LA FAMILLE MONTIGNY (Belval) ET LA GUERRE
.

La Famille Montigny de Belval prend naissance à Pierremont, puis migre à Humeroeuille où est né
Adulphe le 06.08.1865 : son père est né à Pierremont et sa mère à Humeroeuille (Adolphine Torchy)

Adulphe Montigny époux de céline CREPIN
né le 06.08.1865 née à Belval le 16.01.1869
décès à Belval le 29.12.1934 décès à Belval 26.10.1946 (sépulture à Belval)

ont 6 enfants : (tous nés à Belval-Troivaux)

1 -FLORIMOND MONTIGNY Né Le 12.04.1898 -" Mort pour la France" le 27.07.1918 dans l'ambulance, à la suite d'un combat dans le département de l'Oise. (monument à Belval)
2 - ANGELA MONTIGNY (épouse Vanham de Pernes en Artois)
3 - EDOUARD MONTIGNY né le 31.08.1894 -décédé Mort pour la France le 24.06.1944 (voir article et photographies pages précédentes)
4 - JULIA MONTIGNY (dite Eglantine) (épouse MAYEUR - D'ETRUN, près d'Arras)
5 - FERNAND MONTIGNY né le 02.07.1901 décédé le 04.06.1966
6 - ALFRED MONTIGNY né le 01.05.1905 décédé le 19.11.1985
époux de Rose Dumont décédée en 1994 : (mes grands parents maternels)


Les Guerres : Florimond Mort pour la France (Oise) le 27.07.1918,
Edouard Blessé le 24.09.1916 - Mort pour la France le 24.06.1944
(voir récit et photographies pages précédentes )
Fernand Prisonnier en Allemagne durant 3 ans de 1940 à 1943
Alfred (certainement considéré comme "soutien de famille" car : 1 frère mort, (Florimond), un autre "grand invalide" : ( Edouard) et un troisième prisonnier (Fernand) Mon Grand Père , Alfred, n'avait que 9 ans en 1914 et 34 ans en 1939)

Il est dit dans la famille, de Fernand et Alfred, lorsqu'ils étaient à Belval, n'ont eu de cesse de faire leur métier de cultivateurs -éleveurs, afin de nourrir la famille et étaient très actifs à Belval

ils étaient sans cesse à se renseigner et à guetter pour connaître la position des Allemands - Leur souci : que les chevaux nécessaires à la ferme ne soient pas réquisitionnés comme c'était l'habitude ; chaque fois qu'ils savaient que les Allemands approchaient de Belval, ils partaient dans les bois avec leurs chevaux, pour les cacher, parfois plusieurs jours et plusieurs nuits.