Image
LE CHÂTEAU DE BELVAL
Texte d'Yves Roussel Montigny Ternnésia n° 16 (2004)

Histoire d'un domaine Seigneurial, propriété des Dumont- Robart de 1850 à 1892
devenu l'Abbaye Notre Dame de Belval de 1893 à 2011 (départ des dernières soeurs pour l'Abbaye d' IGNY dans la Marne )

Au hameau de Belval, commune de Troisvaux, dans un écrin de nature et de paix, il existe une institution plus que centenaire,
L'Abbaye Notre Dame de Belval


La vie de ce Monastère de Trappistines, depuis sa naissance en 1893, est contée dans un livret disponible au magasin de l'Abbaye, et qui s'intitule (1) :

"Abbaye Notre Dame de Belval
Un siècle d'Histoire
1893 - 1993"
J'avais extrait de ce livret : (1)
"l'ancienne propriétaire du château, Madame DUMONT-ROBART, vieille dame pieuse, avait souhaité l'installation d'un monastère dans sa demeure. Ses voeux sont comblés."

L'Abbaye est, en effet, installée sur le site d'un ancien domaine Seigneurial, avec château et corps de ferme.
J'ai alors commencé des recherches généalogiques sur la famille MONTIGNY-DUMONT, de Belval, mes grands Parents.

L'Abbé Hyppolite TRANNOY, persévérant inspirateur de ce projet, écrira entre autres sur ce lieu, dans ses notes spirituelles
en 1891 : " Ce petit village, situé à quatre kilomètres au Nord de Saint Pol s'étend solitairement entre deux coteaux boisés.
Au témoignage de médecin, il n'y a pas dans la région d'endroit plus sain. Il est aussi chrétien que salubre"

Les terres qui constituent le domaine sont la Belle Vallée d'Enfer (côteau allant vers Valhuon), et le bois de Belle Vue, actuellement lieu de promenade, et de recueillement. L'oratoire Saint Benoît est niché dans la ruine d'une maison de correction bâtie en 1905, qui devait servir aux jeunes filles irresponsables de leur conduite passée. Cette construction n'a jamais été achevée et le projet n'a donc pas abouti.

CHRONOLOGIE

On trouve trace des Seigneuries de Belval vers 1473

J'ai choisi d'étudier la période 1632 - 1892 de façon à démonter les liens qui unissaient ce lieu à la famille Dumont, de Belval

Avant 1632 la propriété appartient à la famille de Belvallet

1632 Margueritte de Belvallet épouse Philippe de Hautecloque.

1752 On dénombre à Belval, d'après un plan de la Seigneurie de Belval :
Un Château qui forme le côté d'une cour entourée de bâtiments à usage de ferme. En face, une prairie ombragée de
vieux tilleuls, puis trois petites fermes et quatre maisons. Cinq petits bois entourent la demeure du Seigneur.

1758 Les héritiers du couple cèdent le domaine à la famille de Raulin, descendante de Nicolas de Raulin. L'un deux, Louis,
Seigneur de Belval, Maréchal de camp, hâbite l'Hôtel Maingoval , rue de Beaudimont à Arras, et parfois au château
de Belval.

1780 L'un de ses six enfants, Louis César, Lieutenant des Maréchaux de France, Sénéchal et Gouverneur de Saint Pol,
habitera cette demeure jusqu'en 1790.

A cette époque, on note dans la description du domaine :
- Un château et jardin, un moulin à vent, une brasserie, vingt quatre mesures de manoirs amassés (le corps de la ferme),
et plusieurs centaines de mesures de terre et bois

A la vente de 1892, il apparaîtra également une tour récemment écroulée.

A la révolution, Louis César de Raulin émigra avec ses frères, et reprit du service. Il périt en Russie en 1812.

De son mariage avec Mademoiselle de Gaudechart, sont nés deux enfants : Louis François Hypolite et
Louise Julie Françoise.

On retrouve leur trace dans un acte de baptème de 1782.

C'est alors que s'établit le lien avec la famille DUMONT en effet,

1782 Le vingt deux juillet, le curé de Valhuon, baptise Julie Françoise RAVOIR, fille de Rémi Ravoir, cuisinier au château de
Belval, et de Séraphine Baudet.
Les Parrain et Marraine sont deux domestiques du château. Le Curé indique dans l'acte de baptème "en quelque sorte
par procuration au nom et de la part de Monsieur Louis François Hypolite et Demoiselle Louise Julie Françoise Raulin
de Belval, frère et soeur, demeurant Belval, parrrain et Marraine Honoraires, forcément à cause de leur bas age".

Les Dumont sont vraisemblablement arrivés de Valhon à Belval dans cette période (1800). On trouve l'un des
premiers mariages de Dumont (François avec Julie-Françoise Ravoir), en 1828, respectivement agés de 49 et 47 ans,
et reconnaîtront, en cette occasion, leurs huit enfants.

Julie Françoise, l'enfant précédemment baptisée, deviendra la Belle mère de Sophie Dumont-Robart.

1785 Rémi Ravoir et Séraphine Beaudet se rendent acquéreurs de Monsieur Joseph Bouvier de Perclos (ou de Perche),
époux de Marie Delestrée , de deux hectares, cinq ares de bois, terres et manoirs amassés (il s'agit sûrement de la
ferme). Le paiement du prix se fera selon une rente annuelle et perpétuelle payée chaque année à la Saint André.

1789 Et années qui suivent ( la période de la terreur)

Le Château est alors entre les mains du Baron d'Huart, qui épousera Mademoiselle de Béthune, fille du Comte de
Béthune et petite fille du Comte de raulin. Il s'agit de la fille née du mariage pré-cité.

Pendant la période révolutionnaire, le domaine dit "le Château de Belval" est vendu en bien national,
(seulement en 1810), et les derniers de Raulin semblent encore y demeurer en 1797...., en effet,
Le 30 brumaire an 6 (novembre 1797) Béthune Louis épouse à Belval Raulin Julie Louise (écrit "Rollin" dans l'acte)

Le Château est alors entre les mains du Baron d'Huart, qui épousera Mademoiselle de Béthune, fille du Comte de
Béthune et petite fille du Comte de raulin.

1810 Monsieur Henri Joseph LANTHIER, maire de Troisvaux en 1827 en devient, à son tour le propriétaire.

1830 La succession des époux Ravoir-Baudet, reviendra au couple Dumont-Ravoir, après que Julie-Françoise ait acquis les
parts de ses frères et soeurs.

1850 Pélagie Dumont, acquiert quelques parcelles sur Monsieur Lanthier.

1852 Au décès d'Henri Lanthier, François Dumont - Robart et sa soeur Pélagie Dumont deviendront les co-légataires
de celui-ci, au terme d'un testament olographe en date à Belval du premier juin 1851.
Le couple Dumont - Robart sera propriétaire du domaine de 1852 à 1892.

1859 Ce même couple Dumont-Robart acquiert les terres de Françoise Ravoir , alors Veuve de François Dumont.

1880 Au décès de Jean-Baptiste Dumont, son épouse Sophie Dumont-Robart garde l'usufruit du domaine jusqu'au décès de sa
fille Marie Dumont-Bochut au début de 1892, qui provoque la vente du domaine sous forme de licitation. Monsieur
Henri Bochut, de Rosemont, agissant en sa qualité de tuteur de ses neuf enfants.

1892 Le vingt juin, en l'étude de Maître Laly, Notaire à saint Pol, et en présence de Maître Bléry, Avoué, s'est déroulée la
vente aux enchères. Après l'extinction des feux (vente à la bougie), et pour le prix de 23 425 francs, la propriété est
acquise par
Madame Estelle Cogé, propriétaire, de Conteville
Monsieur Florent Bonnière, propriétaire, de Teneur
Monsieur Gaston Bonnière, propriétaire, de Conteville
Monsieur Joseph Thierny, propriétaire-agriculteur, de Gauchin-Verloing
Monsieur Léon Baudez, avoué au Tribunal Civil de saint Pol
Monsieur Octave Duchateau, Prêtre désservant la Paroisse de Fief
Monsieur Hypolite Trannoy, Prête desservant la Paroisse de Troisvaux

L'association Saint Benoît Labre est crée au mois d'août suivant, par ses premiers membres, qui apporteront le bien acquis à la communauté. L'Abbaye est née.

Trois croix, en fer forgé existent encore, à ce jour, au cimetière de Belval. L'une d'elle était à l'épitaphe de Henri Joseph Lanthier, Propriétaire décédé à Belval le 28 décembre 1852, à l'age de 82 ans et de dame Nathalie-Lucie-Constance Pecqueur, son épouse décédée le 24 février 1836.

Sur une autre croix (la troisième n'est pas identifiée), on pouvait lire sur une plaque blanche en forme de losange :

CI-GIT
JEAN Bte DUMONT
D.C.D. A BELVAL LE 3 7BRE 1850
AGE 70 ANS
ET DE SOPHIE ROBART SON EPOUSE
D.C.D. A BELVAL LE 25 JUIN 1893
AGEE DE 81 ANS
UNE PRIERE S.V.P.

Cette dernière plaque a été longtemps conservée (et rénovée) par les soeurs, dans leur locaux.
Elle a été replacée par Frère Pierre, en juin 2010, sur l'une des croix, au cimetière de belval (près du mur du cimetière des Soeurs

Jean Baptiste et Sophie Dumont Robart sont les parents de mes trisaïeux

PHOTOGRAPHIES QUI SUIVENT : l'affiche de la vente - la famille vendeuse - le château et l'Abbaye





Cercle Historique du ternois (62)
revue TERNESIA